Aller au contenu principal
menu
La première station GNV et bioGNV voit le jour chez SATM à Chambéry (73)
copyright
Vicat

La première station GNV et bioGNV voit le jour chez SATM à Chambéry (73)

29 janvier 2020

La première station GNV et bioGNV de Savoie, adaptée aux transports décarbonés a été inaugurée début décembre 2019 sur le site SATM à Chambéry (73). A travers ce projet, la FNTR, Proviridis et SATM s’engagent en faveur d’une mobilité locale durable

Un projet tripartite

Initiatrice du projet, la Fédération nationale des transporteurs routiers Savoie a confié à l’entreprise Proviridis la mission de construction, d’investissement et d’exploitation de cette nouvelle infrastructure.

La station est située sur le site de notre filiale SATM, spécialisée dans le transport, qui s'engage aux côtés de la FNTR et Proviridis pour une alternative écologique et économique intégrant la mobilité durable.

 

En faveur d’une mobilité plus durable en Savoie

Cette réalisation est lauréate de l’appel à projet lancé par l’Ademe, la région Auvergne-Rhône-Alpes et GRDF pour densifier le nombre de stations GNV et BioGNV sur la région.

En fonctionnement depuis début décembre 2019, elle distribue du GNV et bioGNV pour les transports de marchandises, de voyageurs et tout véhicule pouvant utiliser cette énergie.

 

Qu’est-ce que le GNV et le bioGNV ?

Le gaz naturel pour véhicules est du gaz naturel utilisé comme carburant automobile. Constitué d’environ 96% de méthane, il s’agit du même produit que celui distribué en France sur le réseau GRDF pour un usage domestique ou industriel. Aujourd’hui, il est principalement utilisé dans les véhicules lourds, camions, cars et bus.

Alors que le GNV provient habituellement de sources fossiles, le bioGNV est obtenu de la méthanisation de déchets organiques divers et parfois combinés : ordures ménagères, boues des stations d’épuration, produits agricoles et tontes des espaces verts, résidus de l’industrie agroalimentaire ou de la restauration collective, etc.

Il s’agit donc d’un carburant économique, respectueux de la santé et de l’environnement, particulièrement adapté à la propreté urbaine.

 

Le saviez-
vous
  • Le coût du GNV/BioGNV au kg est de 20 à 30 % inférieur à celui du gasoil ;
  • Le GNV n’émet quasiment aucune particule fine (-95 % par rapport à la norme Euro VI) et représente 50 % de NOx en moins par rapport au seuil de la norme ;
  • Le BioGNV permet une réduction de 80 % des émissions globales de CO2, le CO2 libéré à l'échappement est équivalent au CO2 absorbé par les végétaux méthanisés ;
  • Les véhicules au GNV/BioBNV sont en moyenne 2 fois moins bruyants, ce qui améliore les conditions de travail des chauffeurs et offre une meilleure qualité de vie aux riverains ;
  • Le GNV est classé en catégorie 1 pour les vignettes Crit’Air grâce à ses performances environnementales, quel que soit le type de véhicule.
La première station GNV et bioGNV voit le jour chez SATM à Chambéry (73)
Vicat

Nos actualités

Toutes nos actualités

Image

09/06/2022

Lithosys : la nouvelle marque du groupe Vicat dédiée à l’impression 3D béton

Résumé accroche

Vicat repousse les limites de la conception et de la construction en béton avec le lancement de sa nouvelle marque dédiée à l’impression 3D.

Image

06/05/2022

Retrouvez l’Innovation Vicat sur France Télévision !

Résumé accroche

À l’occasion du reportage « Les entreprises françaises s'engagent pour le climat » produit par France Télévisions pour le MEDEF (Mouvement des Entreprises de France), retour en images sur les projets innovants du Groupe pour tendre vers la neutralité carbone sur sa chaine de valeur.

Image

11/01/2022

Vicat développe le premier liant zéro carbone

Résumé accroche

L’offre bas carbone DECA de Vicat s’enrichit du premier liant carbo-négatif permettant d’obtenir un béton ultra bas carbone. Cette innovation renforce les engagements du Groupe pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Image

13/12/2021

Meteor : augmentation de la part de combustibles alternatifs à Montalieu-Vercieu

Résumé accroche

Dans le cadre de France Relance, l’Etat mobilise 1,2 milliard d’euros pour soutenir et accompagner la réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur industriel, en créant de nouveaux dispositifs de soutien renforçant des dispositifs déjà existants opérés par l’Ademe.