• Performance constructive
  • Créer pour innover
  • Ciment, béton, granulats
  • L'environnement : une priorité
Accueil > Groupe Vicat > Environnement > Gestion de l'eau et des gaz à effets de serre

Moins de pollution, moins de gaspillage

Vicat veille à la gestion de l’eau, mesure les émissions de polluants et agit à la source pour améliorer ses résultats

La gestion des eaux et leurs recyclages

  • Dans le ciment, l’eau n’est utilisée que pour le refroidissement et le Groupe vise à minimiser le prélèvement sur l’environnement en privilégiant les systèmes de recyclage et en recueillant les eaux de pluie.

La cimenterie de Rufisque, Sococim Industries, Sénégal

Au Sénégal, l’opération de réhabilitation des zones exploitées de la carrière de Bargny en 2009 a permis de planter plus de 5 000 arbres et d’aménager trois lacs artificiels pour récupérer 300 000 m3 d’eau de pluies.




  • Pour le béton prêt à l’emploi, l’eau est incorporée au produit et sert pour le lavage des installations et véhicules. En France, l'activité Béton prêt à l'emploi a poursuivi la mise en oeuvre de programme de gestion des eaux initiée en 2007.

  • Les granulats nécessitent d’importants prélèvements d’eau pour le lavage des matériaux. Ils sont compensés par des systèmes de recyclage des eaux ou de recueillement des eaux de pluie. La part de l'eau recyclée augmente régulièrement pour atteindre 72% en 2010.

Réaménagement d'une carrière de granulats (radeau flottant) par Granulats Vicat

A titre d’exemple, le site de Sablières du Grésivaudan à Barraux en Isère fonctionne en circuit fermé. Par ailleurs, la carrière alluvionnaire de Blénod-lès-Pont-à-Mousson en Meurthe et Moselle a été entièrement réaménagée, intégrant des agencements paysagers et biologiques. Le plan d’eau de 6 hectares comporte plusieurs roselières agissant comme purificateur d’eau.



La gestion des émissions de gaz à effet de serre

  • Les activités industrielles sont très énergétivores et émettrices de gaz à effet de serre. L’activité ciment est essentiellement concernée par les émissions de CO2 provenant de la décarbonatation du calcaire et des combustibles utilisés dans les fours. Afin de conduire une amélioration constante du bilan énergétique des installations, le Groupe maintient son outil industriel à un haut niveau de performance et de fiabilité.
Filtre anti rejet de la cimenterie de Rufisque, Sococim Industries

Pour participer à l’effort collectif des pays signataires des accords de Kyoto, destinés à réduire les émissions de gaz à effet de serre, le Groupe mesure régulièrement émissions et rejets dans l’air des cimenteries. Ces éléments font l’objet d’un contrôle et d’une réglementation stricts. Des plans d’actions visant à diminuer ces nuisances sont mis en pratique.



Le choix des combustibles employés dans les cimenteries implique automatiquement les paramètres environnementaux. Le Groupe s’oriente de plus en plus vers des combustibles moins émetteurs de CO2, comme le gaz ou l’utilisation de combustibles de substitution dès qu’un marché de collecte de déchets le permet industriellement et économiquement (sous réserve de l’accord des autorités concernées). Ces méthodes ont déjà permis de diminuer la consommation d’énergie par tonne produite.


Combustibles de substitution (coques d'arachide) à la cimenterie de Rufisque, Sococim Industries, Sénégal

Des combustibles de substitution sont ainsi utilisés par Sococim Industries à Rufisque pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et participer à la valorisation des ressources énergétiques locales et sous-régionales. L’objectif étant de substituer 4% des combustibles fossiles par des énergies renouvelables à l’horizon 2012.




Combustibles de substitution : coques de jatrophas utilisées à la cimenterie de Rufisque, Sococim Industries, Sénégal

Près de 20 000 tonnes de déchets agricoles, industriels et ménagers ont été valorisés en 2010. Une filière de récupération et de valorisation énergétique des déchets ménagers et industriels non dangereux a d'ailleurs démarré courant 2010. Parallèlement à cela, un biocombustible, le jatropha, est utilisé en substitution du charbon importé, 500 ha ayant été plantés sur les carrières de Bargny et Pout depuis 2007. Ce projet de substitution de charbon importé par des fruits de jatropha et autres biomasses, présenté auprès de la Convention Cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique, en est aujourd'hui au stade final de validation pour l'enregistrement au Mécanisme de Développement Propre. 

 Chiffres des combustibles :

Répartition des combustibles en 2010


sur Synthèse des actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre de la société Vicat


Cours de bourse
+ de détails

Un filtre très performant pour l'usine de Konya en Turquie

Un filtre très performant pour l'usine de Konya en Turquie

Culture de combustibles de substitution : le Jatropha

Culture de combustibles de substitution : le Jatropha

La centrale électrique de l'usine de Rufisque est alimentée pour 40% en gaz naturel, énergie propre

La centrale électrique de l'usine de Rufisque est alimentée pour 40% en gaz naturel, énergie propre