• Performance constructive
  • Créer pour innover
  • Ciment, béton, granulats
  • L'environnement : une priorité
Accueil > Groupe Vicat > Actualités Groupe > Concours - Comment régénérer la ville ?

Concours - Comment régénérer la ville ?

« Comment régénérer la ville » est un concours organisé par le groupe VICAT. Il invite des équipes pluridisciplinaires d’étudiants (architecture, urbanisme, paysage, ingénieurs) à développer des projets de régénération urbaine responsable, à partir du quartier Mermoz-Sud, en cours de réaménagement. 

Date de la news : Février 2018

Le concours "Comment régénérer la ville ?" s’inscrit dans la continuité d’une démarche impulsée par la Biennale d’Architecture Lyon et poursuit, avec son soutien, la réflexion sur les processus de fabrication de l’architecture, de la ville et du paysage. L’ objectif pour le groupe VICAT est de valoriser les atouts de notre patrimoine en béton, en amenant les acteurs du développement urbain de demain à réfléchir à sa réhabilitation, en réinterrogeant les fonctionnalités et l’utilisation du matériau.


« Il nous paraissait indispensable de soutenir une réflexion innovante autour de la diminution des impacts environnementaux des bâtiments, en allongeant leur durée de vie et en améliorant le confort des habitants », explique Corinne Arpin, Directrice Prescription et Marketing VICAT, à l’origine du concours.


« Comment régénérer la ville » a été pensé en collaboration avec l’ENSAL, l’INSA, l’ENTPE, l’ENSP et la mention de Master VEU (via le LabEx IMU). L’engagement des équipes de la Métropole de Lyon et Grand Lyon Habitat a garanti une réflexion ancrée sur les réalités d’un bâtiment collectif social, dans un quartier de Lyon en cours de réaménagement : Mermoz-Sud. Après 4 mois de travail collaboratif intense entre étudiants et de workshop avec des experts de la filière, quatre propositions ont été sélectionnées le 26 Janvier. Ces 4 projets iront en final, le 24 avril prochaine, à la Métropole de Lyon.


La diversité des regards portés sur le même projet, se retrouve dans la sélections des nominés :

  • Terra Terre propose une revégétalisation des façades du quartier, en associant faune et flore à un béton poreux comme support d’habitat. Derrière l’inscription dans une dynamique d’écosystème autonome, il y a la volonté de créer une nouvelle dimension sociale, en impliquant les habitants dans le développement du projet.
  • Mμ Tabilité(s) est basé sur l’ajout de modules sur les différentes parties des immeubles, pour agrandir les appartements. Cette technique de mise en œuvre de technologie de façade innove par la mise en place d’un exo-squelette qui permet une fixation rapide des modules, minimisant l’intervention sur les bâtiments existants. Ce projet ouvre les bâtiments aux changements, ainsi qu’à l’évolution des besoins sociétaux et environnementaux.
  • Mermoz.net a pour ambition de réorganiser la barre d’immeuble du quartier Mermoz-Sud par la verticale, afin de penser le logement en volume et non plus en surface plancher, proposant ainsi deux niveaux d’appartements au lieu de quatre. Pour ce projet, les étudiants ont développé une maille de béton constituée de tesselles, reliées par des fibres : une alternative à l’utilisation du béton préfabriqué ou coulé.
  • Coup de cœur du public, Le Processus dynamique de la friche, propose une nouvelle manière de concevoir un chantier, en développant un processus de réappropriation temporaire des logements vacants grâce à des parois esthétiques provisoires en béton mousse. Deux objectifs : superposer les phases de relogement et de démolition et redynamiser le quartier avec des parois ludiques (mur d’escalade, filets de football, bulles, etc.).

Ce programme a pour ambition de devenir le catalyseur des nouvelles méthodes collaboratives de réhabilitation architecturale et urbaine. « La première pierre d’une collaboration indispensable entre le monde industriel, le monde universitaire et la commande publique pour développer une approche innovante des territoires », selon les mots de Didier Petetin, Directeur Général délégué du groupe VICAT.


Crédits photos : Christophe Pouget